TitiMagNews

Le peuple congolais civilisé, c'est NOUS !

Décès de Papa Wemba, les larmes des jeunes premiers !

« Échange Citoyen », monsieur Elvis Karel Kakou évoque avec ses invités en plein cœur de Paris, précisément à château Rouge, le parcours et les souvenirs marquants du roi de la rumba, l’artiste musicien-sapeur, Papa Wemba, Kuru Yaka, Shungu Wembadio, Bakala dia Kuba…

« Il y a beaucoup d’amertume, de voir une belle histoire prendre fin ainsi. J’avais 14 ans et lui 20 ans », dixit ma Rosa alias Amazone « Moukaramé », l’adorable épouse de Papa Wemba.

Précédent

Sassoufit !

Suivant

Le couple maudit !

  1. B.Malou

    Papa Wemba for ever

  2. Jayme Markes

    Respect du silence des morts, l’émotion ayant été épuré, nous pouvons nous permettre à la critique, sans passion, mais intelligente… L’artiste Jules Wemba était une icône de la musique congolaise, de la rdc, qu’on ne peut pas nier, et il aurait été un roi de la rumba, si ce dernier avait véhiculé que la rumba, on aurait compris qu’il soit statué roi de la rumba, mais hélas, sa discographie ne plaide pas pour lui… Et quant au statut de sapeur, vous allez un peu trop vite, il aimait se vêtir, mais loin de lui d’en devenir un sapeur, même si certain comique du vêtir se prétend sapeur… C’est un kintediste, ce concept vestimentaire de feu Niarcos, qui se porte sans harmonie, où tout se résume par les prix et les marques.
    Et j’entends très souvent, les pseudos sapeur faire référence à André Matsoua, ce brave militant des droits citoyens dont l’ignorance de certains réduits à cette passion du vêtir, à se demander s’ils connaissaient qui était André Grenard Matsoua?
    Et pour terminer, Jules Wemba a été un collabo des deux systèmes criminels des deux Congo, cela à tuer l’estime que je pouvais avoir pour l’homme… Jusqu’à aller soutenir des criminels, comme Sassou-Nguesso, Joseph Kabila et j’en passe, il lui a manqué de l’esprit… Vous savez, le combat politique nous refuse de se confondre et de ne pas confondre nos vrais amis, quelles que soient nos relations avec les personnes concerner, si celui-ci collabore avec le bourreau, il devient dangereux pour le combat politique, donc un collabo… Sinon dites-moi quelle différence faite vous avec Koffi Olomidé qui est un autre soutien des criminels et Jules Wemba? Avec qui, ils sont devenu frère de ce groupuscule ésotérique sur le parrainage d’un mafieux congolais Vincent Gomez… J’apprécie votre travail, mais vos pleure publique écharpe votre militantisme, on ne pleure jamais un collabo en public, J’ai suivi l’hommage que vous lui rendez de bout en bout, mais nullement vous vous êtes amusé à mettre des chants où ils vantent l’imbécillité de ses amis criminels financiers, comme s’il avait besoin d’eux pour exister.

    • « … mais nullement vous vous êtes amusé à mettre des chants où ils vantent l’imbécillité de ses amis criminels financiers… ».
      Ce constat est la preuve que je ne mélange pas les torchons et les serviettes… pour ainsi dire, le Papa Wemba que je « pleure » dans mon émission, ce n’est pas celui de ces trois dernières années…
      Quoi que l’on dise, vieux Bokul nous a accompagné tout le long de notre évolution à travers ses mélodies aussi envoutantes les unes que les autres… maintenant, ses affaires de « libanga » avec les criminels et/ou bourreaux dont vous faites allusion, ça sera à lui d’aller répondre devant le grand maître des maîtres, le Seigneur Dieu.
      Frère, merci d’être venu nous faire part de vos sentiments, c’est chez vous ici, revenez quand vous voulez.
      A ciao !

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

Aller à la barre d’outils